Notre eau

– une eau minérale naturelle de la meilleure qualité.


Composition analytique mg/l
Calcium 9,8
Chlorures 4,5
Sodium 3,8
Sulfates 3,5
Magnésium 1,5
Nitrates 0,09
Fluorures <0,05


Les sédiments fins filtrent la charge naturelle de la source Snåsa, donnant une eau cristalline ayant une très faible teneur en minéraux et un pH de 6,7. La source d’eau souterraine, homologuée par l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments en 2013, a une capacité durable d’environ un milliard de litres par an et garde une température constante de 3,5 degrés. L’eau est directement mise en bouteille, sans traitement ni additifs, et peut être bue par tout le monde en toute sécurité. L’eau a remporté le bronze au concours International FineWaters Tasting Competition 2018.

 

LE SCIENTIFIQUE


Le son du métal contre le métal résonne depuis une clairière dans la dense forêt de sapins. Âgé d’une cinquantaine d’années, un homme de grande taille enfonce un fin tuyau de fer d’un mètre de long dans le sous-sol humide. Une courte pointe est fixée à l’extrémité du tuyau. Lorsque quelques centimètres seulement dépassent du sol, il raccorde un nouveau tuyau à l’extrémité.

L’hydrogéologue Bernt Olav Hilmo collabore avec le fondateur de Snåsa à la recherche de la source parfaite depuis 2009. Il teste toujours le sol riche autour de la source.


L’hydrogéologue Bernt Olav Hilmo soulève une lourde machine, de la taille d’un petit moteur hors-bord, pour le poser sur l’extrémité du tuyau où il le fixe. Il le démarre en tirant fort sur une ficelle. Bientôt résonne un léger bruit de moteur à travers la forêt. La machine vibrante enfonce le tuyau dans le sol. Après un mètre, il soulève la machine, fixe un nouveau tuyau à l’extrémité, remet la machine au-dessus du tuyau et fore davantage.”Nous sommes maintenant à sept mètres, voici le gravier”, dit-il.”Vous pouvez l’entendre si je tourne le tuyau, le gravier grince contre le métal.

Les eaux souterraines commencent à environ trois mètres de profondeur. Pour trouver la bonne eau, la plus pure, qui soit pratiquement exempte de minéraux, celle qui a un pH neutre, il faut descendre plus bas. Par exemple, nous ne voulons pas de fer et de manganèse. Ce n’est pas dangereux, mais cela donne un goût à l’eau et se verra dans la bouteille. Si l’on fore plus profondément, l’eau a traversé les dépôts de surface, a été filtrée à travers les sédiments, elle est plus pure.” Après environ une demi-heure de travail, il a foré dix-sept mètres dans le sol. Au sommet d’un arbre, le marteau d’un pic prend le relais du forage.

Des forages et des tests systématiques ont été effectués dans plusieurs sources de la commune de Snåsa jusqu’à la découverte en 2009 de la source parfaite offrant la meilleure qualité d’eau.


”Je travaille sur l’eau depuis près de 30 ans,” déclare Hilmo. Il sèche la sueur de son front. ”Après tout ce temps, on a une idée du type de roche et de sable dans lesquels on fore. On regarde d’abord la carte du sol, ce que l’on obtient au géoradar, mais on apprend à interpréter chaque sol en fonction de sa composition. C’est le temps qu’il faut pour forer, le son quand on raccorde un nouveau tuyau, la résistance qu’on rencontre. Bientôt, je vais remonter les tuyaux. Alors, je l’entendrai au son, le sentirai dans mes poings : ici, c’est du gravier, là c’est de la terre, là de la roche, ici du sable, etc.”

L’hydrogéologue sort un raccord orange. Il le fixe à l’extrémité du tuyau. En s’appuyant contre la tige, il l’enfonce de toute la force du haut de son corps, la fait remonter. Recommence. Aucune machine pour aider, juste de la pure force musculaire. ”L’une des nombreuses choses positives de la source Snåsa, c’est à quel point la nature est intacte autour d’elle”, déclare-t-il, ”le faible niveau de pollution. Si vous allez dans cette direction là-bas.” Il montre des collines.”Vous pouvez marcher pendant des jours sans rencontrer de gens ni de constructions. C’est pareil dans cette direction. Cela signifie qu’il est très peu probable que l’eau entre en contact avec la pollution.

La source Snåsa est à l’abri sous la terre dans une zone forestière protégée près de Korsvollan, à dix kilomètres du centre de Snåsa.


En même temps, l’E6, la principale artère routière de Norvège, n’est pas loin, ce qui signifie que l’impact sur la nature pour extraire l’eau et la transporter est minime. Ici, il n’y a pas besoin de construire de longues routes dans la forêt ni de tailler dans des montagnes intactes. Nous nous contentons de forer assez loin dans le sol pour faire couler l’eau. Les conduites entre la source et l’usine d’embouteillage ne font que 400 mètres. C’est quasiment rien, si l’on compare l’eau de Snåsa avec d’autres producteurs d’eau.” Il poursuit son travail. Un par un, les tuyaux sortent du sol. Une haleine givrée sort de sa bouche, de la vapeur du haut de son corps. Le gazouillis des oiseaux et le bruit du métal que l’on remonte vers la surface à travers le gravier et la pierre.

Bientôt, le dernier tuyau est de retour à la surface, celui avec la pointe effilée, il trouve sa place parmi les autres tuyaux, brun rougeâtre dans l’herbe et la bruyère humide. Ils brillent à peine dans le soleil d’automne. Bientôt, un tuyau en caoutchouc est descendu dans le sol, une pompe est mise en route et l’eau, l’eau la plus pure, jaillit vers le ciel. Un léger arc-en-ciel se forme dans le jet d’eau. Hilmo se penche en avant, prend une gorgée. Il s’essuie la joue de son poing rugueux. Étanche sa soif après une rude séance de travail.

”L’une des nombreuses choses positives de la source Snåsa, c’est à quel point la nature est intacte autour d’elle.” - Bernt Olav Hilmo, hydrogéologue